Un atelier d’information, d’échanges et d’approbation sur le mode opératoire du projet de carte de commerçant de Côte d’Ivoire s’est tenu du jeudi 23 au vendredi 24 novembre 2017 à Yamoussoukro.  Il a réuni les organisations professionnelles des commerçants, les grands distributeurs, les associations professionnelles des consommateurs, et les services techniques du ministère du commerce, ainsi que les organismes internationaux (USAID, PNUD, Banque Mondiale).

L’objectif était d’obtenir de l’ensemble des parties prenantes, un large consensus sur le mode opération en vue d’assainir le secteur. En tout cas, le gouvernement compte mettre de l’ordre et développer le commerce.

C’est ainsi que dans le cadre du plan d’action prioritaire 2017-2020 du ministère du commerce, il a pris des mesures visant à mettre en œuvre les dispositions du décret n°97-175 du 19 mars 1997 qui subordonne toute profession commerciale à la détention d’une carte de commerçant délivrée par le ministère du commerce.

Ce projet de ‘‘Carte de Commerçant’’ vise plusieurs objectifs. Entre autres, classer les commerçants et entreprenants par catégorie et par filière ; disposer d’une base de données fiables, sécurisées et interopérables ; mettre en place un fonds de promotion de l’activité commerciale ; faciliter la libre circulation des commerçants, des entreprenants et de leurs marchandises.

Les parties prenantes examineront à fond les prix et la validité, les services à valeur ajoutée, le mode opératoire, le cahier des prescriptions techniques et le plan de communication qui constituent pour ce projet, les objectifs spécifiques. Le tout devra faciliter l’effectivité de l’opération dans les semaines à venir.

Le groupement Universal Technology (UNITEC) et l’Office Nationale d’Identification a été sélectionné comme opérateur technique pour l’opération d’identification et de délivrance de la carte de commerçant. M. Sepy Yessoh Narcisse, directeur de cabinet, du ministre du commerce, de l’artisanat et de la Promotion des PME a invité l’auditoire à s’approprier ledit projet.  Afin de « faciliter la migration du secteur informel vers le secteur formel » a-t-il indiqué.

 Source:MCAPPME

Catégories : projets